Pour une histoire des lumières arabes. Avec Jean-Pierre Filiu

jp-filiu

L’enregistrement de la soirée du 12 janvier

La pluie et la tempête n’ont pas empêché que de nombreux auditeurs fassent le déplacement pour écouter Jean-Pierre Filiu nous parler des lumières arabes. Et ils ont eu mille fois raison !

Un récit à la fois érudit et passionné (et passionnant!) qui partait de l’expédition de Bonaparte en Egypte pour arriver à Alep, ville symbole de l’écrasement de la révolution syrienne, en passant par Abd El-Kader. Soit plus de deux siècles d’aspirations à la liberté mises à mal par les grandes puissances impérialistes mais aussi par les potentats et dictateurs locaux qui ont détourné ces aspirations à leur profit sonnant et trébuchant après les indépendances.
Après avoir vigoureusement étrillé le prétendu réalisme politique de ceux qui font d’Assad un « moindre mal » face aux jihadistes, cet universitaire rigoureux qui est tout sauf neutre, a évoqué la situation actuelle de toute la région, loin d’être stabilisée. Et, bien après la fin « officielle » de la séance, les questions affluaient toujours, Jean-Pierre Filiu y répondant avec son immense savoir et… une rare gentillesse.

Pour ceux qui n’ont pu être là, heureusement il y a l’enregistrement !

Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris). Il a aussi été professeur invité dles-arbes-leur-destin-et-le-notreans les universités de Columbia (New York) et de Georgetown (Washington). Il a reçu, entre autres, le prix des Rendez-vous de l’Histoire de Blois en 2008. Son dernier ouvrage, « Les Arabes, leur destin et le nôtre », paru chez La Découverte, a été distingué par le prix Augustin-Thierry en 2015.